IMG_0735

Sur la scène, une ligne de blocs gris, que l’on découvrira bientôt friables, laissant une fine poudre blanche au sol, accentuant l’instabilité des colonnes que le performeur Claude Cattelain forme peu à peu pour avancer. Tension, résistance, souplesse, effort, protocole, danger, risque, poussière, s’élever, sueur, tension encore, engagement de tout le corps,  oscillation, dès le début, le public est captivé par l’avancée progressive, bloc par bloc, sans que jamais les pieds ne soient posés au sol. La perspective d’aller jusqu’au bout de la ligne, mesure potentielle à l’action, est proprement  impensable… Quand la colonne devient trop haute et que le bloc est trop bas pour l’attraper, le soulever, - les doigts comme des pinces – le corps trouve des parades, fait contre poids avec une jambe, coince un bloc entre les  cuisses, utilise les pieds, il y a dans le geste quelque chose de très organisé et de très instinctif en même temps.  Plus ça va, et plus ça devient fragile, périlleux. Aussi, quand l’édifice s’écroule, et que le performeur lâche avec lui, c’est la tension qui explose,  un chaos qui soulage. Il n’est pas sûr  que le public, tendu à l’extrême, ait pu aller plus loin. Claude Cattelain  Colonne empirique en ligne - Performance. Festival Still Moving, une carte blanche à Natalia Jaime-Cortez, à L’Étoile du Nord, théâtre. 11-14 avril.